Vis ma vie…

invit-anniv

Cette semaine fut un peu particulière car j’ai repris le travail mercredi. Nous cherchons tous à trouver nos marques à la maison. Pour Trésor mon coeur, la semaine fut dure très dure, même si l’acclimatation à la crèche s’est très bien passée  et qu’il est toujours aussi heureux de retrouver mes parents, le changement l’a chamboulé.

Alors qu’habituellement, l’expression dormir comme un bébé est faite pour lui, il a eu des nuits très difficile avec une apogée dans la nuit de jeudi à vendredi où  il n’a pas dormi plus de trois quart d’heure d’affilé. Nous avons donc  nous aussi accumulé pas mal de retard en terme de sommeil.

Ajoutons à cela, une grosse poussée dentaire, le stress de maman et cela donne un bébé tout perturbé et tout fatigué…

Pour le reste, il est trop tôt pour faire un premier bilan. Je suis épuisée comme quelqu’un qui a un certain nombre de nuits en retard. Je n’ai quasiment rien fait à la maison et il va falloir reprendre en main notre petite maison, parce que sinon ça va très vite être du grand n’importe quoi….

Bref, un gros besoin de sommeil à combler ce week-end et  un gros besoin de se retrouver tous les trois, d’autant plus que vacances scolaires obligent, la fille de Papa Liste arrive mercredi soir jusqu’à la fin des vacances.  Et évidemment, on a continué les préparatifs de l’anniversaire de Trésor mon coeur, même si ça n’avance pas aussi vite que je le souhaiterais. J’espère tout de même réussir à faire tout ce que j’ai prévu. En tout cas, les invitations sont prêtes.

Publicités

11 mois

11mois

Hier, mon Trésor, tu as eu 11 mois. Tu es un grand, un vrai petit homme.

Au cours de ce dernier mois, nous avons vu apparaitre ta deuxième dent. Tu n’as peut être pas beaucoup de dents pour ton âge, mais ça ne t’empêche pas de continuer la diversification à vitesse grande V. Et, oui, deux dents ça suffit pour manger comme un grand alors à toi, les petits morceaux et, les grands: pain, biscotte, gâteau, pomme, poire, banane.. tout cela , c’est bien mieux en morceaux, et encore meilleur avec les doigts!

Pour le reste non plus, tu n’es pas en retard, tu as géré l’intégration à la crèche comme un grand, mon petit homme. Tu t’es intégré en un rien de temps, tu t’es fait pleins de petits copains, mon petit charmeur hyper sociable, tu t’es fait pleins de nouveaux copains, je peux même le constater quand je t’emmène à la crèche et que ton petit copain attend de l’autre coté de la barrière que je te mette tes chaussons en te tendant une petite voiture.

A la maison aussi, tes progrès sont fulgurants, tu es de plus en plus à l’aise debout et reste même quelques secondes debout sans appui, mais tu ne te sens pas encore prêt à t’élancer tout seul sur tes deux jambes. Mais ne t’inquiète pas tu as bien le temps pour ça. D’autant plus qu’à quatre pattes ou tenus par les mains, tu détales comme un petit bolide. Tu racontes de plus en plus, tu as même dit ton premier mot. Et oui, tu m’as fait le bonheur de me réveiller la semaine dernière au son de « mama  maman ». Ce fut le plus beau réveil de ma vie, et crois moi, je ne pensais pas dire un jour, que mon plus beau réveil avait eu lieu à 6h30!  De plus, tu babilles de plus en plus, et tu sais te faire comprendre pour les choses importantes.

On voit aussi que tu as grandi lorsque tu joues, tu es de plus en plus attentif à ce que tu fais et tu te concentres jusqu’à ce que tu arrives à tes fins. Après, il est vrai que nous, adultes, ne comprenons pas toujours tes passions dans la vie et notamment celle pour les vieilles chaussures de ton père, mais c’est ainsi.

Dans ce paysage idyllique, il y a quand même quelques petites ombres, comme ta passion pour les bêtises, ton attirance pour les prises électriques et les toilettes, ou les colères que tu fais quand on te dit « non » et qu’on ne te laisse pas faire ce que tu as décidé!

Mais tout ça est vite oublié, ça l’était déjà  avant. Mais maintenant, mon coeur, tu as une arme fatale, tu me fais des « bisous », tu me manges le visage et me donne ta sucette, lors de notre séance de lecture, câlins, le soir.

Tu es ce qu’il y a de plus beau au monde, ma joie de vivre, je t’aime mon Trésor, mon petit coeur.

Ma solution pour un apéritif avec bébé: mes gougères

Samedi soir on a fait un apéritif à la maison avec des amis, alors évidemment Trésor mon coeur était de la partie. Avant d’avoir Trésor mon coeur, je faisais tout maison. Aujourd’hui, cuisiner n’est plus vraiment un plaisir, mais je n’arrive toujours pas à recevoir sans cuisiner. Je sais pas ça ne me dérange pas chez les autres, mais  chez moi, je me sens toujours obligée de le faire ( on se penchera sur les aspects psychologiques un autre jour, ce n’est pas l’objet de cet article). Alors j’ai fait de la cuisine d’assemblage: une fleur à la tapenande et des croissants jambon, fromage. Mais surtout, je voulais quelque chose que Trésor mon coeur puisse gouter parce qu’il aime manger, mon petit ventre sur patte, et voir les autres manger sans avoir le droit à rien, ça n’allait pas le faire rire!

apero

En plus, l’apéro c’est le moment convivial par excellence, sinon ça sert à rien. Et, je n’imagine pas exclure Trésor mon coeur, mais en même temps, j’ai envie que cela s’inscrive dans une alimentation, disons, convenable… Et oui, Trésor mon coeur ne mange pas encore de crudités… tomates cerises et autres dips de légumes, ce n’est pas pour tout de suite. Je me suis donc retournée le cerveau mais j’ai trouvé The solution: les gougères, en adaptant un peu son diner,ça restera convenable.

gougere

Au final, Trésor mon coeur a aimé tout comme nos invités adultes! Après la recette original utilisait plus de sel, de beurre et  de fromage…

Voilà donc ma recette au thermomix si ça intéresse quelqu’un.

60g de beurre

150g d’eau

120g de farine

3 oeufs

100g de fromage rapé

sel

poivre, muscade selon votre goût

Mettre le beurre, l’eau, une pincée de sel,  le poivre et la muscade à chauffer 5 minutes à 100° vitesse 1

Ajouter la farine et mélanger 1min 30 vitesse 3

Laisser refroidir jusqu’à 50° (soit le temps de vider le lave-vaisselle)

Programmer le Thermoix vitesse5, 1min 20 et ajouter les oeufs un à un.

Ajouter le  fromage et mélanger 30 secondes vitesse 3

Faire des petits tas sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et direction le four pour 20 min à 220°

C’est prêt!

Et vous, avez-vous des astuces pour un apéro « baby-friendly »?

Comment les sièges auto auront ma peau?

image-siege-auto

Personnellement, je suis l’incarnation vivante du stress, et s’il y a bien un sujet qui me stresse par dessus tout c’est la sécurité de Trésor mon coeur, et oui que voulez-vous, je veux  qu’il vive très très vieux et en bonne santé! Cela implique que je me pose des questions que visiblement personne dans mon entourage ne semble se poser.

Et parmi mes nombreux problèmes sécuritaires, il y en a un qui est particulièrement complexe et anxiogène: la sécurité de  Trésor mon coeur en voiture. Pour moi, ce sujet est pire que d’autres car on ne parle pas ici de prévenir les risques mais de limiter les conséquences, contrairement aux caches prises, barrières de sécurité et autre, le but n’est pas d’éviter l’accident, et imaginer Trésor mon coeur  victime d’un accident de la route me donne des sueurs froides, et c’est rien de le dire!

Chacun a une attitude différente face à cette question, certains se diront qu’à partir du moment où un siège est homologué tout va bien, alors que moi vous pourriez   me faire faire n’importe quoi si ça améliore la sécurité de mon enfant.

Après  avoir fait face à de nombreuses nuits d’insomnie, à des crises de larmes incontrôlées parce que je ne voulais pas tuer mon enfant  en faisant le mauvais choix (et aussi parce que j’étais en overdose d’hormones durant ma grossesse) et à  une étude approfondi de tous les crash tests que j’ai pu trouvé sur le net, j’ai finalement choisi un maxi cosi.

Mais après quelques mois, et bien il faut recommencer, étudier de nouveaux ces classements ect…Et là, les choses  se corsent. Pour un nourrisson, tout le monde s’accorde à dire que le siège idéal en matière de sécurité est un maxi-cosi, après il faut que tu te positionnes sur l’utilisation ou non d’une nacelle en voiture les premiers mois et que tu fasses ton choix entre les différents modèles et c’est un peu prêt tout, même si sur le moment, ça semble déjà beaucoup!  Mais aujourd’hui, c’est à dire une fois que tu veux acheter autre chose qu’un groupe 0 ou 0+,  il y a un premier obstacle à franchir!  Savoir ce que tu veux! Voila quand tu es enceinte et que tu as passé  ne serait-ce que quelques heures  dans les magasins de puériculture à côté de chez toi, tu sais à quoi ressemble un maxi-cosi, mais là tu vas dans un premier temps devoir définir tes besoins: veux tu un groupe 0+/1,1, 1/2, 1/2/3, veux tu un siège dos à la route, face à la route avec harnais, avec bouclier? Bon pour la détermination du groupe, c’est assez facile, pour pouvoir passer au groupe 1, il y a trois conditions  cumulatives à remplir:

  1. bébé a au moins 9 mois
  2. bébé fait au moins 9kg
  3.  bébé tient parfaitement assis

A priori, jusque là rien de très compliqué, n’importe quel parent qui vit avec son enfant arrive à savoir s’il est dans ce cas ou non. Après, on nous recommande de choisir un siège qui couvre au maximum 2 groupes, là encore, c’est assez facile à comprendre quelque chose d’adapter à la morphologie d’un petit « 9 mois, 9kg » sera difficilement adapté à celle d’un grand « 10 ans ». En ce qui nous concerne, ce sera donc un 1/2, parce que le 0+ on en a déjà un et que on cherche un siège pour après le 0+, donc le 0+/1 ça nous intéresse pas  et qu’on veut protéger Trésor mon coeur et donc éviter le 1/2/3, après chacun fait comme il veut ou peux mais moi, c’est un argument qui me parle les différences de morphologie.

Là c’était le passage facile,  car c’est maintenant que les choses se corsent. Dans l’univers magique ou plutôt dantesque du siège auto, il te faut choisir entre dos à la route, harnais et bouclier. Et oui voilà comment on commence à s’arracher les cheveux!

Etape 1 rechercher tous ses termes barbares sur google.  Et là c’est le drame, après les premières recherches, il semble que le bouclier soit plus sûr que les sangles, tu creuses donc la question des boucliers, et là tu découvres des images de crash tests qui font froid dans le dos, une voiture qui fait des tonneaux et le mannequin qui est tout simplement éjecté du siège auto. Tu continues à creuser, ce fameux test fait polémique, les conditions ne seraient pas  celles des accidents de la « vraie » vie. Mais tu doutes, tu continues tes recherches, tu découvres des chiffres et des statistiques qui font peur. Les sièges avec harnais ne seraient pas beaucoup mieux, voir même pire! Et, là tu reviens toujours aux mêmes chiffres, le dos à la route est 5 fois plus sûr.

Il ne reste  donc que les dos à la route, à l’origine tu n’y pensais même pas, parce que la Papa-mobile est équipée du top du top en matière de dos à la route, mais la Papa-mobile c’est un break et moi, j’ai une toute petite twingo , or le siège prend quand même un max de place et que le critère premier reste quand même que tu dois pouvoir y installer la prunelle de tes yeux  en un seul morceau!  Et là, tu te poses de grandes questions, comment on fait? Au final, il semble que cela soit possible.  Certains installent leur enfants en passant par le coffre. Personnellement,  après des heures de réflexion, j’ai toujours pas compris comment ils faisaient. D’autres s’assoient sur le second siège, et là tout de suite  je comprends et ça me parle beaucoup plus, OK c’est donc jouable! Et puis tu t’interroges encore, pourquoi si c’est si bien que ça, quasi personne n’en utilise et qu’ils sont si peux représentés dans les magasins spécialisés, parce que quand même tu dois pas être le seul parent à être inquiet pour la sécurité de sa progéniture!

Au milieu de toutes ses informations anxiogènes, tu découvres tout de même une petite pépite: le site sécurange.  Ce site apporte un éclairage  intéressant sur les différents sièges auto et  sur la sécurité de nos petits en voiture de manière générale, tu respires un peu, non je ne suis pas la seule mère totalement folle, à se demander ce que vaut un siège en cas d’accident, parce que il faut bien avouer qu’un siège auto tu l’achètes surtout pour protéger bébé, parce que ça ne correspond pas vraiment à tes goûts en matière de déco et surtout vu le prix de la chose, tu trouverais bien d’autres manières d’utiliser cet argent que de décorer ta voiture…

Après avoir passé des heures sur ce site ami, c’est décidé, il  te faut absolument un siège dos à la route et tant pis pour le prix, on entamera une grève de la faim, (et même que mes cuisses me remercieront!) et tant pis pour l’aspect pratique, on va chercher la solution la « moins pire » de ce point de vue, mais on trouvera une solution pour faire cohabiter twingo et dos à la route, pour l’instant on cherche encore mais on va trouver. D’autres  ont déjà réussi à faire cohabiter mini voiture et dos à la route.

Mes p’tites listes: mes 10 bonheurs de septembre

Parmi les blog que je suis, il y a baby-proof, et hier j’ai lu leur article intitulé »notre mois de septembre » , et là je me suis dit, il faut que j’en fasse de même,  déjà parce que je pense qu’elles ont parfaitement raison, il est important de recentrer sur nos petits bonheurs, pour se rappeler quelles sont nos priorités. De plus, c’est encore plus important que je crains d’oublier ces petits instants de bonheurs. Enfin, prévoir un instant chamallow récurrent est une bonne chose en prévision du difficile retour au travail qui m’attend.

Alors c’est parti pour ma première liste mensuelle:

En septembre, j’ai aimé:

  1.  passer une journée en famille au Parc merveilleux de Bettembourg et voir Trésor mon Coeur s’émerveiller devant les animaux et les cabanes à contes

thumb_p1070216_1024

2. Faire de Trésor mon coeur un petit nageur;

3. Passer une après-midi en amoureux avec Papa Liste et en profiter pour patauger dans un établissement thermal ( et oui, on aime l’eau…);

4. Fêter mon anniversaire de mariage, 3 trois déjà et recevoir un superbe bouquet d’arums couleur d’automne (comme ceux de mon bouquet de mariée);

bouquet-anniversaire-mariage

5. Fêter l’anniversaire de mon cousin, avec un superbe gateau « chantier »;

gateau-chantier

6. Voir Trésor mon coeur faire sa bouche à bisous;

7. Passer une après-midi entre maman avec nos petits coeurs adorés;

8. Passer une (presque) après midi chez le coiffeur et kiffer le fauteuil massant pendant le shampooing;

coiffeur9. Trouver enfin un magasin qui vende le siège auto que j’ai choisi (le récit détaillé, c’est pour bientôt sur le blog)

10. Profiter de ces derniers jours en duo avec Trésor mon coeur et faire un calin  dès que je peux, le meilleur: celui qui suit le réveil après la sieste.

« Ces femmes qui regrettent d’être mère »

regretter-detre-mere

Cette semaine, j’avais un RDV chez le médecin, rien de bien grave mais on sait comment c’est, je m’apprête donc à passer un certain temps dans une salle d’attente avec à disposition de vieux  titres de la presse people. Bon déjà, la presse people, c’est pas mon truc et si en plus, le magazine est à peine moins âgé que moi , là c’est NON! J’ai donc anticipé, je suis passé acheter un magazine. Chez le libraire, mon attention est attirée par Biba, « stop à la pression » et « ces femmes qui regrettent d’être mères » en couverture… Forcément ça m’intéresse.

Oui, je sais, on est toutes différentes et c’est très mal de juger, mais là quand même, ça m’interpelle, je n’arrive pas à comprendre, donc OK, je vais lire cela .

Alors sache déjà que c’est tendance et que c’est sensé nous énerver, moi je trouve ça juste inimaginable,que ça puisse exister OK mais être tendance…

« Salut, moi c’est A, mon rêve dans la vie, faire comme les copines et regretter une, voire la plus importante décision de ma vie… D’ailleurs, je ne veux pas d’enfant mais je vais en faire un juste pour pouvoir le regretter! »

Si à toi aussi, ça te semble totalement con, tape 1.

Alors, on y apprend que les sociologues se sont penchés sur la question, suite à la publication de quelques livres de femmes qui regrettent d’être devenues mère. La conclusion de ces études :

ce n’est pas qu’elles n’aiment pas leurs enfants, mais plutôt que le stress du rôle de mère est trop fort et serait, en fait,plus une source d’angoisse que de bonheur.

La journaliste  arrive à une conclusion assez logique que c’est surtout le rôle de la mère parfaite et heureuse qui est remise en question. Après, ça commence à devenir plus discutable, en gros, elle explique que dans notre société, on choisit d’avoir un enfant, donc après on a pas le droit de se plaindre, d’autant plus que dans l’imaginaire collectif, la famille est une source de bonheur. Elle nous explique aussi que la famille est le lieu ou la femme et donc la féminité doit s’épanouir. Ouais, j’ai envie de dire que si c’était tellement évident et tellement la norme, le nombre de divorce serait bien plus bas. Perso, je ne suis pas sure qu’il y ait beaucoup de monde qui croit que dans la vraie vie, c’est tous les jours, le petit déj’ de la famille Ricorée.

Une fois, le constat posé, la journaliste y va de son analyse: Pourquoi a-t-on cru qu’être mère était un aboutissement et une source de bonheur à l’état pur? Selon la journaliste,  les femmes sont maintenues dans leur rôle de mères, même quand il s’agit de travail, ainsi on parle de mumpreneurs et de nombreux blogs de femmes parlent uniquement d’enfants.

Alors là, mes cheveux se sont dressés, ben oui évidemment, le problème ce sont les femmes qui se revendiques mumpreneurs et/ou qui tiennent un blog famille/maternité… Et la boulimie  s’explique par le fait que les blogs culinaires parlent quasi exclusivement de nourritures…

Quand j’ai lu cet article pour la première fois, ça m’a énervé, et maintenant que je pose tout ça sur le papier enfin sur l’écran de mon petit ordinateur, je me rends compte qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat, c’est finalement un titre très tapageur pour pas grand chose et une conclusion sans intérêt:

Ne regrettons pas-il est absurde de regretter quelque chose qu’on ne connaît pas (= quid du regret de ne pas avoir eu d’enfants?) -les enfants sont une source d’épanouissement parmi plein d’autres..

Déjà, je pense que si tu regrettes, ben même après avoir lu ça, tu regretteras toujours autant et sinon  tu ne te diras pas tiens tiens si je décidais aujourd’hui de regretter d’être mère…

Au final, cet article passe, selon moi,totalement à côté de son sujet et je n’en sais toujours pas plus sur ces mères qui regrettent de l’être sauf peut -être que si on creuse, elles ne regrettent pas vraiment leur maternité mais le contexte dans lequel elles doivent la vivre et donc leur manière de la vivre? Et dans ce cas, Les responsables (coupables?), ne sont pas les femmes qui se revendiquent mumpreneurs, et qui font face à une réalité mais les responsables politiques, patrons… qui sont à l’origine de cette réalité.  Peut-être que si la société faisait moins l’autruche sur la manière dont les femmes sont traités, notamment dans le monde de l’entreprise et si on cherchait à prendre exemple sur des pays où ce « phénomène » n’en est surement pas un, ça irait mieux. Une première étape, serait de  mettre en oeuvre les règles et les lois déjà existantes…